Archive for Michael Haneke

08 juin 2010

Le Temps du loup

No Comments Michael Haneke

Affiche du film

Le Temps du loup
Film de Michael Haneke – France, Autriche – 2003

Réalisation : Michael Haneke
Producteur : Margaret Ménégoz, Veit Heiduschka, Michael Weber – Les Films du Losange, Wega Filmproduktion GmbH
Scénario : Michael Haneke
Photographie : Jürgen Jürges
Son : Guillaume Sciaman, Jean-Pierre Laforce
Monteur : Monika Willi, Nadine Muse
Décorateur : Christoph Kanter
Costumier : Lisy Christl
Monteur    : Monika Willi, Nadine Muse
Avec : Isabelle Huppert, Maurice Benichou, Patrice Chéreau, Béatrice Dalle, Lucas Biscombe, Daniel Duval, …

Résumé
Quand Anne et sa famille arrivent dans leur maison de campagne, ils s’aperçoivent qu’elle est occupée par des étrangers. Cette confrontation n’est que le début d’un douloureux apprentissage : rien n’est plus comme avant. Ce qui commence comme une histoire de famille devient vite un drame collectif. Mais c’est aussi une légende, donc l’histoire d’un sacrifice, donc une histoire de Saint.

© Les Films du Losange

Le Temps du loup

Le Temps du loup

Avis 2.00 sur 5
[?]
18 mai 2010

La Pianiste

No Comments Michael Haneke

Affiche du film

Die Klavierspielerin (La Pianiste)
Film de Michael Haneke – France, Autriche – 2001
d’après le roman « Die Klavierspielerin » de Elfriede Jelinek
Grand Prix du jury, 2001 au Festival International du Film (Cannes)
Prix d’interprétation féminine : Isabelle Huppert
Prix d’interprétation masculine : Benoît Magimel

Réalisation : Michael Haneke
Producteur : Veit Heiduschka, Alain Sarde, Michael Katz, Yvon Crenn, Christine Gozlan
Scénario : Michael Haneke
Photographie : Christian Berger
Son : Guillaume Sciama
Monteur : Monika Willi
Musique : Schubert, Bach, Rachmaninov, Chopin, Beethoven
Avec :  Isabelle Huppert, Benoît Magimel, Annie Girardot, Suzanne Lothar, Anna Sigalevitch, Udo Samuel, Cornelia Köndgen, Thomas Weinhappel, Gabriele Schuchter, …

Résumé
Erika est un professeur de piano respecté mais à l’attitude glaciale, qui rejette systématique tout rapport affectif avec les autres. A 40 ans passés elle vit encore chez sa mère qui l’étouffe, l’infantilise et entretient chez elle un vif esprit de compétition. Célibataire, Erika n’a de vie sexuelle qu’à travers le voyeurisme et l’auto-mutilation. Lors d’une soirée dans un salon bourgeois, elle fait la connaissance de Walter, jeune homme sain, spirituel et très doué au piano. Immédiatement amoureux d’Erika, il passe le concours pour s’inscrire dans l’école où celle-ci officie. Bientôt il devient son élève. Erika, imperturbable, repousse froidement ses avances. Un jour pourtant, elle se laisse embrasser…

Isabelle Huppert et Benoît Magimel (Erika Kohut, Walter Klemmer)

Isabelle Huppert (Erika Kohut)

Annie Girardot (la mère d'Erika)

Bande Originale de Film :

  1. Rachmaninov – prelude opus 23 no. 5. lugansky
  2. Schubert: sonate en la majeur d.959 – andantino. dalberto
  3. Schubert – im dorfe. staier (piano), pregardien (voix)
  4. Schubert: trio en mi bemol majeur opus 100 d.929 – andante con moto. trio fontenay
  5. Chopin – fantaisie en fa mineur, opus 49. lubimov
  6. Schubert – der wegweiser. staier (piano), pregardien (voix)
  7. Schbert: sonate en la majeur d.959 – scherzo-allegro vivace. dalberto
  8. Bach: concerto brandebourgeois no. 4 en sol majeur – allegro. ii giardino armonico
  9. Bach: le clavier bien tempere. livre 1 – prelude bwv 847 en ut mineur. koopman
  10. Bach: le clavier bien tempere. livre 1 – fugue bwv 847 en ut mineur. koopman
  11. Beethoven – sonate no. 3 en ut majeur, opus 2 no. 3. scherzo(allegro). dalberto
  12. Bach – concerto no. 2 pour 2 claviers bwv1061. fugue. richter
  13. Schubert – der sturmische morgen. staier (piano), pregardien (voix)
Avis 2.50 sur 5
[?]
04 mai 2010

Code inconnu

No Comments Michael Haneke

Affiche du film

Code inconnu
Film de Michael Haneke – France, Allemagne, Roumanie – 2000

Réalisation : Michael Haneke
Producteur : Marin Karmitz, Alain Sarde, Yvon Crenn
Scénario : Michael Haneke
Photographie : Jürgen Jürges
Son : Guillaume Sciama, Jean-Pierre Laforce
Monteur : Andreas Prochaska, Karin Hartusch, Nadine Muse
Musique : Giba Gonçalves
Décorateur : Emmanuel de Chauvigny
Costumier : Françoise Clavel
Avec : Juliette Binoche, Thierry Neuvic, Sepp Bierbichler, Alexandre Hamidi, Hélène Diarra, Ona Lu Yenke, Djibril Kouyaté, Guessi Diakite-Goumdo, Luminita Gheorghiu, Crenguta Hariton-Stoica, Bob Niculescu, Bruno Todeschini, Paulus Manker, Didier Flamand, Walid Afkir, Maurice Bénichou, …

Résumé
Nous sommes à Paris, en cette fin de siècle millénariste. Une jeune femme, Anne, sort de chez elle. Elle rencontre Jean, frère cadet de son ami Georges (reporter photographe). Jean est en fugue, refusant l’avenir à la ferme que lui propose son père. Il jette négligemment un papier d’emballage dans les mains d’une mendiante assise au coin de la rue. Incompréhension de la femme. Révolte d’un passant, Amadou, qui interpelle le jeune homme pour qu’il présente des excuses. L’échange dégénère. La police intervient. Jean, Français, est libre de ses mouvements. Amadou, peau noire, est conduit au poste. Quant à la mendiante, Maria, roumaine sans papier, elle est expulsée. Sitôt rentrée, la misère est telle que Maria se prépare à un nouveau voyage humiliant vers la France et ses coins de rue accueillants. Amadou, qui anime un atelier de percussions avec des enfants handicapés, doit entretenir sa famille car son père veut rentrer en Afrique. Le père de Jean abat ses vaches. Anne, comédienne, réussit son audition pour un film d’épouvante et se double pour une scène où elle sauve un enfant. Elle-même est enceinte et veut sauver l’enfant maltraité de ses voisins. Georges, de retour de Yougoslavie, ne peut rentrer chez Anne, ne connaissant plus le nouveau code de l’immeuble.

Juliette Binoche et Michael Haneke

Juliette Binoche (Anne)

Avis 3.00 sur 5
[?]
23 mar 2010

71 fragments d’une chronologie du hasard

No Comments Michael Haneke

Affiche du film

71 Fragments eine Chronologie des Zufalls
Film de Michael Haneke – Autriche, France, Allemagne – 1993

Réalisation : Michael Haneke
Producteur : Veit Heiduschka
Scénario : Michael Haneke, Johanna Teicht
Photographie : Christian Berger
Montage : Marie Homolkova
Musique : Jean-Sébastien Bach
Décors : Christoph Kanter
Costume : Erika Navas
Avec : Gabriel Cosmin Urdes, Lukas Miko, Otto Grünmandl, Anne Bennent,    Udo Samel, Branko Samarovski, Claudia Martini, Georg Friedrich, Alexander Pschill, Klaus Händl, Corina Eder, Dorothee Hartinger, Patricia Hirschbichler, Barbara Nothegger, Lucia Steindl, Richard Cieslar, Ernst Taschl, Jan Sedlacek, Sandra Sablik, Oliver Fiala, Axel Sichrovsky, Herbert Waibel, Clemens Matzka, Hermann Linsbauer, …

Résumé
Cinq tranches de vie s’entrecroisent à Vienne entre des images de journaux télévisés. Un enfant roumain survit dans la rue en se débrouillant comme il peut, Max, étudiant de dix-neuf ans, passe le temps en jouant au ping-pong ou en retrouvant des amis. Un couple, rongé par l’habitude, voit ses derniers vestiges d’affection disparaître. Hans et Maria prennent en charge un orphelin qui ne s’intègre pas dans sa nouvelle famille. Un vieil homme, Tomek, vit avec la télévision et les rares marques d’affection que lui porte sa fille au téléphone et à travers le guichet de la banque où elle est employée. Ces existences se croisent une première fois par l’intermédiaire de la télévision : le petit Roumain raconte son histoire, Hans et Maria l’adopteront. Elles se lient toutes enfin, par hasard, dans une banque. Max entre, un revolver à la main, et tire.

A propos du film :


Entretien avec Michael Haneke par Serge Toubiana (1/3)


Entretien avec Michael Haneke par Serge Toubiana (2/3)


Entretien avec Michael Haneke par Serge Toubiana (3/3)

à lire :
http://yrol.free.fr/CINEMA/HANEKE/haneke.htm
http://mainoptique.blogspot.com/2009/09/71-fragments-dune-chronologie-du.html
http://www.ina.fr/fresques/europe-des-cultures-fr/notice/Europe00218/michael-haneke

Avis 3.33 sur 5
[?]
09 mar 2010

Benny’s Video

No Comments Michael Haneke

Affiche du film

Benny’s Video
Film de Michael Haneke
– Autrichien – 1993

Réalisation : Michael Haneke
Producteur : Veit Heiduschkan, Michael Katz, Bernard Lang, Gebhard Zupan
Scénario : Michael Haneke
Photographie : Christian Berger
Montage : Marie Homolkova
Musique : Johann Sebastian Bach
Décors : Christoph Kanter
Costume : Erika Navas
Avec :  Arno Frisch, Angela Winkler, Ulrich Mühe, Ingrid Stassner, Stephanie Brehme, Stefan Polasek, Christian Pundy, Max Berner, Hanspeter Müller, Shelley Kästner, Martin Schoendeling, …

Résumé
Benny est un jeune adolescent pas comme les autres, partageant son temps entre le vidéoclub dans lequel il loue plusieurs films par jour, et sa chambre, pièce destinée à abriter son impressionnant matériel de diffusion vidéo. Benny est un intoxiqué de l’image, et finit par ne plus vraiment faire la différence entre la réalité et la fiction. Perdu dans sa solitude, Benny invite une jeune fille chez lui, et la tue.

Arno Frisch (Benny)

Ingrid Stassner (la jeune fille)

Ulrich Mühe (le père)

Benny's Video

Angela Winkler (la mère)

A propos du film :

Benny’s Video – Michael Haneke Interview (1/3) par Serge Toubiana
Benny’s Video – Michael Haneke Interview (2/3) par Serge Toubiana
Benny’s Video – Michael Haneke Interview (3/3) par Serge Toubiana

Avis 3.00 sur 5
[?]
16 fév 2010

Le Septième continent

No Comments Michael Haneke

Affiche du film

Der Siebente Kontinent
Film de Michael Haneke – Autrichien – 1993

Réalisation : Michael Haneke
Producteur : Veit Heiduschka
Scénario : Michael Haneke, Johanna Teicht
Photographie : Gabriele Brandenstein, Anton Peschke
Montage : Marie Homolkova
Musique : Alban Berg
Décors : Rudolf Czettel
Costume : Anna Georgiades
Avec : Dieter Berner, Leni Tanzer, Birgit Doll, Udo Samel, Silvia Fenz, Robert Dietl, Georg Friedrich, Georges Kern, Elisabeth Rath, …

Résumé
L’autodestruction d’une famille dont la vie quotidienne banale n’était rythmée que par des actes répétitifs.

Le Septième continent

Le Septième continent

Dieter Berner (Georg)

Birgit Doll (Anna)

Le Septième continent

A propos du film :

Michael Haneke interview sur The Seventh Continent (1989) par Serge Toubiana
Michael Haneke interview sur The Seventh Continent (1989) par Serge Toubiana

L’analyse de Bruno Tracq en 15 vidéos de la trilogie de la glaciation de Michael Haneke (les 3 premières sur le Septième Continent) :
http://vimeo.com/channels/filmerliceberg#1956683
http://vimeo.com/channels/filmerliceberg#1958441
http://vimeo.com/channels/filmerliceberg#1965292

Et sur les conseils de Dominique, l’analyse d’Arnaud Hée (sur www.critikat.com) :

Pour Arnaud Hée, que je ne connais pas mais que je vais suivre car j’aime bien son analyse, «le dessein d’Haneke n’est pas de faire surgir l’émotion, il serait plutôt de trouver les moyens cinématographiques de la représentation du malaise d’une civilisation occidentale déshumanisante et pathogène ».

« Plus qu’une remise en cause de la civilisation occidentale, aucune alternative n’est proposée ni même suggérée, Haneke place des personnages en perdition en elle. Une manière de souligner à la fois l’inhumanité de cette société et l’inadaptation des individus pour faire face à sa violence, implicite, le plus souvent, comme explicite. Cru et cruel, totalement mortifère et parfois plein d’acuité, le constat du cinéaste n’est guère assorti d’une possible rédemption individuelle et collective. Le cinéma de Haneke est le spectacle d’une humanité déliquescente, en prise avec une violente dépression, une dynamique névrotique et suicidaire. »

Read more

Avis 3.50 sur 5
[?]
15 fév 2010

Michael Haneke

No Comments Michael Haneke

Michael Haneke

Michael Haneke est un réalisateur et scénariste autrichien né le 23 mars 1942 à Munich.

Michael Haneke est le fils de l’acteur protestant Fritz Haneke et de l’actrice catholique Beatrix von Degenschild. Haneke a grandi dans la ville de Wiener Neustadt, située au sud de la capitale autrichienne. Il a étudié la philosophie, la psychologie et l’art dramatique à l’Université de Vienne.

Il devient critique de cinéma de 1967 à 1970 puis travaille en tant que rédacteur pour la station de télévision allemande Südwestrundfunk. Passé à la mise en scène, il dirige, tant en Autriche qu’en Allemagne, plusieurs pièces du répertoire traditionnel, d’August Strindberg à Johann Wolfgang von Goethe en passant par Heinrich von Kleist. Il assure également la mise en scène d’opéras et monte ses spectacles entre Munich, Berlin et Vienne. Haneke fait ses débuts comme réalisateur pour la télévision en 1973, adaptant certains classiques littéraires comme Le Château de Franz Kafka.

Son premier film pour le cinéma, Le Septième Continent, d’abord refusé par la télévision, sort en 1989. Trois ans plus tard, le controversé Benny’s video fait connaître Haneke au-delà des frontières austro-allemandes. Mais c’est Funny Games qui confirme sa réputation de polémiste et met au grand jour son style froid, implacable et percutant de clinicien traquant sans relâche les tares humaines et la barbarie qui sommeillent dans la civilisation occidentale en général et autrichienne en particulier.

Son plus grand succès public vient en 2001 avec La Pianiste dont la sulfureuse thématique sexuelle provoque quelques chahuts au sein de la critique et du public mais lui vaut le Grand prix du jury à Cannes et honore d’un double Prix d’interprétation Isabelle Huppert et Benoît Magimel. Haneke poursuit alors une carrière de réalisateur à portée européenne. Il remporte avec Caché (sur lequel la presse est unamime) le Prix de la mise en scène du Festival de Cannes en 2005. Sollicité par des producteurs américains suite au succès outre-Atlantique de certains de ses films, Haneke réalise lui-même en 2008 le remake de son classique Funny Games avec Tim Roth et Naomi Watts dans les rôles principaux. Il s’agit d’une reproduction exacte, plan par plan, de l’œuvre originale.

Le jury du Festival de Cannes 2009 présidé par Isabelle Huppert lui attribue la Palme d’or pour Le Ruban blanc, son premier film en costumes et en noir et blanc qui narre le basculement d’une société villageoise allemande dans l’obscurantisme à l’aube de la Première guerre mondiale.

Le rythme des films de Haneke sort de l’ordinaire. Il n’hésite pas à étendre la durée de ses récits (généralement sans véritables intrigues) ou de ses plans, incluant dans la plupart de ses œuvres des périodes d’ennui, de vide, de frustration et d’irritation. C’est surtout dans la représentation de la violence que le cinéaste innove. Sans être stylisée ou spectaculaire, la barbarie apparaît dans ses films de manière structurelle. Elle est d’ailleurs plus suggérée que véritablement montrée. Elle n’est généralement pas justifiée, ce qui rend sa mise en scène encore plus sèche et brutale. De manière implacable, le réalisateur cherche sans cesse à mettre le spectateur dans une situation d’inconfort, brisant ses attentes traditionnelles face à un film. De fait, la manière habituelle de percevoir une œuvre cinématographique est bouleversée. Voulant également provoquer dans le public des réactions vives et émotives, Haneke tente de l’interroger sur sa responsabilité de « témoin » face aux scènes exposées, lui assénant des questions d’ordre social, politique, historique, culturel ou moral sans jamais apporter de réponses. Généralement, sa réalisation privilégie les longs plans fixes ou les plans de coupe, et joue des transitions brutales marquant le passage du temps (comme l’écran noir).

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Michael Haneke de Wikipédia en français (auteurs)

Avis 3.67 sur 5
[?]
14 fév 2010

Mardi 16 février : ouverture du cycle Michael Haneke

No Comments Michael Haneke

Mardi commence le cycle Michael Haneke, soit dans l’ordre chronologique :

  • Le Septième continent (1989)
  • Benny’s video (1992)
  • 71 Fragments d’une chronologie du hasard (1994)
  • Funny Games (1997)
  • Code inconnu (2000)
  • La Pianiste (2001)
  • Le Temps du loup (2003)
  • Caché (2005)
  • Funny Games U.S. (2007)
Avis 3.50 sur 5
[?]